Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'affaire des "disques durs": qui a fait quoi?

Depuis un mois, le maire UMP d'Asnières Manuel Aeschlimann diffuse dans les journaux de droite et d'extrême-droite l'information selon laquelle l'ancien maire Pietrasanta et ses élus auraient volé des ordinateurs en quittant la mairie, ou (seconde version) détérioré ce matériel soit par esprit de vandalisme, soit pour faire disparaitre les supposées preuves de supposés trafics qui auraient été contenues dans lesdits ordinateurs. (Un article du Figaro surréaliste laissait même à penser qu'un commando d'élus PS serait revenu en mairie pour faire main basse sur le matériel informatique!) Bien évidemment, Pietrasanta nie cela et explique qu'il a seulement reformaté les disques durs des ordinateurs des élus PS afin que des documents personnels ou confidentiels ne soient pas récupérés par la nouvelle équipe UMP.

Quels ordinateurs concernés?

De quels ordinateurs parlons nous? La confusion est souvent faite, relayée par les militants UMP sur les réseaux sociaux, qui insinuent que les élus PS auraient effacé les ordinateurs des services municipaux, privant les fonctionnaires d'archives précieuses. Il n'en est rien puisque seuls les portables des élus (ceux qu'ils utilisaient à titre personnel pour leur activité politique et élective) ont été ainsi "nettoyés" par l'équipe sortante. Notons, et c'est important, que toute équipe sortante de France et de Navarre procède de manière identique, sans que cela ne donne lieu à polémique. Il est en effet normal qu'un élu PS ne laisse pas à la disposition de ses adversaires ses courriers et autres documents confidentiels ou personnels.

Les élus étaient-ils obligés de reformater les disques?

La Mairie et l'UMP affirment que les élus PS ont choisi délibérément d'endommager ce matériel alors qu'une simple suppression de leurs fichiers personnels aurait suffit par la touche "suppr". Cette version n'est pas sérieuse, n'importe quel informaticien sait qu'il est très facile de récupérer des documents "supprimés" de cette manière. La Mairie affirme aussi que certains ordinateurs ont été détériorés; on se demande comment un reformatage aurait réellement détérioré ces machines de façon irréversible. Cela étant, il convient de préciser que ces ordinateurs étaient destinés...au remplacement, car anciens et obsolètes, certains étant même défectueux. Le "préjudice" invoqué par la Mairie, qui pleure ces quelques portables soi-disant endommagés, n'existe donc pas! Tout cela n'est que pure comédie et manipulation de la part de la municipalité UMP qui a apparemment trouvé un moyen de faire diversion, aux prises avec des dossiers locaux compliqués pour elle: sécurité, rentrée scolaire, affaires financières....dans un contexte défavorable pour l'UMP (scandales Bygmalion et autres).

La question que nous posons plutôt est la suivante: pourquoi le maire Aeschlimann a-t-il, à peine arrivé à la mairie, voulu faire passer au crible les portables de ses prédécesseurs? Dans quel but inavoué? On se souvient que le maire a aussi, lors du second conseil municipal, demandé à une élue PS "avec qui elle couchait". Cet intérêt pour la vie privée des opposants, ou pour leurs documents personnels qui auraient pu être récupérés dans leurs ordinateurs, nous apparait pour le moins inquiétant et contraire à la démocratie.

L'affaire des "disques durs": qui a fait quoi?

Partager cet article

Repost 0