Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La comédienne Laura Giudice (Cannes 2015) premier rôle du film.
La comédienne Laura Giudice (Cannes 2015) premier rôle du film.

Les observateurs de la vie asniéroise le savent : Julien Richard, ancien adjoint de Sébastien Pietrasanta et animateur asniérois du nouveau parti de centre-gauche Front Démocrate, est la bête noire de Manuel Aeschlimann ex-maire invalidé UMP d'Asnières. Ce dernier ne ménage pas ses efforts afin d'attenter à la réputation de cet élu connu pour son intégrité mais aussi son franc parler et son indépendance. Pour cette raison, l'UMP asniéroise a décidé en juin 2014 de frapper un grand coup, en lançant une rumeur totalement surréaliste connue sous le nom du "faux porno de la mairie".

En effet, Julien Richard (réalisateur de cinéma de profession) avait tourné début 2014 des séquences d'un film humoristique, intitulé "Korruption", dans la salle des mariages et du conseil municipal de l'Hôtel de Ville, une oeuvre produite par une association culturelle locale. Au casting, pas de stars internationales mais des jeunes comédiens prometteurs, vus dans des séries télévisées pour certains, comme Laura Giudice. Appréciée dans différents films ainsi que dans des séries comme Clem ou Profilage, la jeune actrice d'origine belge a d'abord cru à un canular lorsque Manuel Aeschlimann a publié un communiqué qualifiant l'oeuvre de "porno" et menaçant la production d'un procès retentissant pour avoir soi-disant "dégradé l'image" de la commune. "D'un seul coup des dizaines d'articles, des reportages en télé et radio se sont mis à présenter le film dans lequel je tiens le premier rôle comme un film X!" se souvient Laura Giudice. En effet, l'énorme hoax lancée par M.Aeschlimann et relayé par Le Point s'est répandu comme une trainée de poudre dans les médias, près d'une centaine d'articles en 48h. Avant que les journalistes, de plus en plus nombreux, se mettent à vérifier l'information et s'aperçoivent vite de la supercherie. "Au bout de quelques jours les médias ont fait machine arrière en se rendant compte de la manipulation, souligne Julien Richard. Les premiers journaux a publier des démentis furent Metronews et Paris Match. De nombeux autres ont publié des rectificatifs ou ont corrigé leurs premiers articles." Plusieurs revues de cinéma se sont aussi emparées de l'affaire (So Film, Mad Movies, Ecran Large...) défendant l'honneur du réalisateur et des artistes. Mais le mal était fait et déjà l'UMP locale envoyait des milliers d'emails à leurs sympathisants chargés de propager la rumeur le plus largement possible.

Un montage falsifié

"Le maire (ndlr : M.Aeschlimann) est allé jusqu'à falsifier notre montage pour donner une image dégradée de notre travail. Il a prétendu qu'une scène de nu avait été tourné en salle des mariages alors que c'est totalement faux" s'étrangle encore la comédienne. Et tant pis si le film n'a rien à voir avec un film de charme ou une série rose, bien au contraire ! "C'est une charge assez mordante contre la corruption dans tous les sens du terme, qu'il s'agisse des politiciens, médias ou policiers corrompus, ou de l'exploitation des êtres humains par les mafias. Il suffit de regarder nos images, on voit tout de suite que notre film n'est pas un porno! Au contraire, c'est un super projet que j'ai tout de suite accepté car j'adore l'univers de son réalisateur. Korruption me fait penser à un film de Mocky ou de Quentin Dupieux, son scénario était excellent, vraiment drôle et ironique ! " raconte la comédienne. En parlant d'ironie, le rôle du "mafieux" du film est joué par un comédien par ailleurs maire-adjoint UMP à la Culture d'une ville voisine, qui n'a pas apprécié de se voir associé, bien malgré lui, à cette polémique inattendue pas vraiment de nature à redorer l'image de M.Aeschlimann parmi ses collègues UMP du département...

En attendant, les adversaires politiques locaux de Julien Richard, de gauche comme de droite, se servent de cette rumeur incroyable pour essayer de nuire à son image. "J'ai porté plainte pour diffamation, les diffamateurs seront bientôt lourdement condamnés, mais en attendant certains continuent à propager ces calomnies oralement. Mon préjudice est grand et il persiste encore aujourd'hui, surtout en cette période de campagne électorale" souligne Julien Richard. "En même temps, l'acharnement suspect de M.Aeschlimann envers moi m'a apporté de très nombreux soutiens dans la population. Finalement, peu de gens croient encore à cette rumeur absurde." La fin de l'histoire s'écrira devant le tribunal Correctionnel dans quelques mois.

Julien Richard, réalisateur de cinéma et animateur du Front Démocrate à Asnières.

Julien Richard, réalisateur de cinéma et animateur du Front Démocrate à Asnières.

Revue de presse...

Revue de presse...

Partager cet article

Repost 0