Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aeschlimann s'est longtemps flatté d'être un très proche de l'ancien président. Il se vantait même de faire de la ville d'Asnières "le laboratoire du sarkozysme". Mais les primaires de la droite ont écarté l'ancien maire de Neuilly, à la surprise générale. A Asnières, Sarkozy a terminé troisième, avec un piteux 14% (un des plus bas scores !) alors que le maire et ses élus avaient jeté toutes leurs forces dans cette campagne, multipliant les affichages et distributions de tracts. Un véritable camouflet. Pour préserver l'avenir, Aeschlimann a aussitôt rallié François Fillon. Et, pour faire diversion dans l'opinion publique locale, a relancé à la hâte de vieilles rumeurs sur sa cible favorite : Sébastien Pietrasanta, l'ancien maire et actuel député PS, qui a pourtant annoncé qu'il quittait la vie politique. Ainsi, au conseil municipal et dans le magazine de propagande municipale du mois de décembre, M.Aeschlimann a accusé son prédécesseur d'avoir fait visiter des locaux municipaux à François Hollande, il y a plusieurs années. Un "coût pour les contribuables", selon lui. Or, on voit mal dans quelle mesure une simple visite en mairie d'Asnières serait une charge pour les finances locales (à moins de considérer l'usure des tapis ou des marches d'escalier !) En revanche, M.Aeschlimann semble frappé d'amnésie en faisant totalement l'impasse sur les nombreuses visites de Nicolas Sarkozy à Asnières. Ce dernier déclarait même qu'il se sentait à Asnières "comme chez lui". Visiblement, le maire d'Asnières est pressé d'oublier son ancien champion ! Le vent tourne...

Partager cet article

Repost 0