Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi le maire d'Asnières lance-t-il subitement une (énième) polémique ahurissante contre son prédécesseur sur le thème sensible du terrorisme et de l'islamisme. Enquête et explications.

Manuel Aeschlimann ou son entourage nous ont habitués au scandale, en propageant des rumeurs malveillantes et autres "intox". Récemment le rythme s'est accéléré avec le soutien de quelques médias amis et complaisants (la fausse affaire du "film porno", les soi-disant disques durs volés, etc) Une étape semble avoir été franchie avec le dernier scandale en date, qui concerne un sujet bien plus sensible: le terrorisme. Un sujet embarrassant à plus d'un titre pour l'UMP d'Asnières. Suite aux attentats récents, M.Aeschlimann et son épouse ont en effet adopté une attitude déconcertante en refusant de s'associer à la Marche Républicaine, probablement afin de ménager la frange extrême de son électorat, prenant le risque de se faire désavouer y compris par des élus UMP ou UDI.

Un sujet médiatique mais sensible

Ces derniers jours, des témoins rapportaient la colère et le dépit de M.Aeschlimann, furieux de voir chaque jour son rival Pietrasanta interviewé par les médias sur le sujet du terrorisme et de la sécurité, dont il est spécialiste. M.Aeschlimann a donc décidé de frapper un grand coup, en élaborant une attaque très médiatique sur ce sujet brûlant.

Comme d'habitude, c'est l'hebdomadaire Le Point qui s'est fait porte-parole du maire UMP en publiant des articles intitulés "Un complice présumé de Coulibaly avait été embauché en 2010 par la mairie d'Asnières" et "Quand le rapporteur de la loi antiterroriste embauchait un complice de Coulibaly". D'autres médias ont suivi, notamment BFM qui n'hésite pas à titrer "Un proche de Coulibaly employé par le rapporteur de la loi sur le terrorisme". L'artillerie lourde!

Qu'est-il reproché exactement à Sébastien Pietrasanta, ex-maire et actuel député PS ? Tout simplement d'avoir été maire de la ville en 2010 date à laquelle un jeune homme du nom de Mickaël a été engagé pour quelques mois, en contrat de réinsertion, au service municipal du tri des ordures ménagères. A l'époque le jeune homme n'avait pas le profil d'un islamiste, bien au contraire, mais il s'avère qu'aujourd'hui il est soupçonné de complicité avec le terroriste Coulibaly. Comment le maire d'Asnières aurait-il pu deviner, à l'époque, la future dérive de ce jeune Asniérois? Le reproche fait par son rival à Pietrasanta paraît d'une totale mauvaise foi, mais le "bad buzz" a bien eu lieu dans les médias en ligne notamment, mettant à mal une fois encore l'image de notre ville.

L'effet boomerang

Mais cette polémique qui apparait aussi déplacée qu'obscène, entraîne des révélations pour le moins génantes pour l'actuel maire Aeschlimann. En effet, dans un article de l'Express, Aeschlimann reconnait lui aussi avoir récemment engagé un homme de main, du nom de Kader, ami du terroriste présumé. Maladresse ou provocation, le maire UMP déclare en outre à l'Express avoir embauché ce délinquant "en toute connaissance de cause". Cet individu serait ainsi devenu un homme de confiance du maire (parfois son chauffeur et garde du corps), même s'il est interdit d'une partie du Territoire français par la Justice. Une embauche réellement scandaleuse qui risque de ternir un peu plus l'image déjà dégradée de l'édile UMP d'Asnières.

Mais il y a encore pire, car d'autres embauches très politiques ont eu lieu récemment, en toute discrétion, comme le confirme ce soir le blog "La Gazette d'Asnieres". Par exemple, celle d'un certain Farid D. militant actif de M.Aeschlimann et membre fondateur du MCI (Mouvement Citoyen Indépendant). Cet homme, jadis proche de Josiane Fischer (passée elle aussi dans le camp Aeschlimann) devenu en 2008 conseiller municipal dans son groupe Divers Droite, avait été démis de ses fonctions par le maire S.Pietrasanta lorsque ce dernier avait appris que Farid D. tenait des propos violemment antisémites et antichrétiens sur les réseaux sociaux, sous le pseudonyme d' "Harmageddoun". Suite à sa disgrâce, Farid D. avait donc créé le MCI et rejoint le camp de Manuel Aeschlimann. Malgré les propos injurieux et haineux tenus constamment par le MCI, dont certains nous paraissent tomber sous le coup de la loi, le candidat UMP avait accueilli à bras ouverts ce ralliement (voir captures d'écran ci-dessous).

Radicalité islamiste et antisémite

Le MCI s'est illustré pourtant par un positionnement proche de l'islamisme radical. Ce mouvement a par exemple prôné la révolte des "Français" contre le "joug juif", présentant notre pays comme la "première colonie juive du monde" par la faute des socialistes. Des propos extrêmes jamais condamnés par M.Aeschlimann, ni même son équipe souvent interpelée à ce sujet. Bien au contraire: dès son élection en 2014, Aeschlimann a nommé une représentante du MCI Mme Bouhedid (qui aurait été un temps proche du PS mais aurait dû le quitter suite à une attitude jugée peu compatible) comme Maire-adjointe au quartier Nord et aux droits des femmes (!) Une politique clientéliste et communautariste est menée depuis, notamment dans les quartiers populaires.

En remerciement, le maire M.Aeschlimann a donc très récemment embauché le dénommé Farid D. qui s'est pourtant rendu auteur d'une agression violente sur le marché des Quatre-Routes envers l'assistant parlementaire du député PS (affaire en cours devant les tribunaux).

La polémique de trop pour Aeschlimann?

Pourquoi M.Aeschlimann a-t-il décidé d'attaquer violemment le député sur ce terrain glissant s'exposant lui-même à de terribles repercussions ? Certes nous l'avons dit, la présence du député dans les médias lui était insupportable. Ce dernier redoutait probablement aussi que ses embauches sulfureuses ne soient ébruitées. En tapant très fort sur le député, afin de le faire passer pour complice du terrorisme, M.Aeschlimann espérait surement allumer un habile contrefeu. Mais la ficelle est un peu trop grosse cette fois ! Manuel Aeschlimann risque de payer cher cette polémique sur le terrorisme, car il se murmure que d'autres révélations pourraient encore avoir lieu. Jusqu'où le maire UMP d'Asnières pourra-t-il aller trop loin?...

Captures d'écran: malgré son positionnement radical et antisémite, le "MCI" fait partie de la majorité UMP/UDI/PCD (Christine Boutin) de M.Aeschlimann l'actuel maire d'Asnieres.

Terrorisme : le scandale de trop pour Aeschlimann?
Terrorisme : le scandale de trop pour Aeschlimann?
Terrorisme : le scandale de trop pour Aeschlimann?
Farid D. soutien du maire d'Asnieres a reconnu signer des articles radicaux sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de "Harmagedoun"

Farid D. soutien du maire d'Asnieres a reconnu signer des articles radicaux sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de "Harmagedoun"

Nissa Bouhedid, maire adjointe de M.Aeschlimann, est membre du MCI. Sur son mur facebook elle relaie les polémiques contre le député PS.

Nissa Bouhedid, maire adjointe de M.Aeschlimann, est membre du MCI. Sur son mur facebook elle relaie les polémiques contre le député PS.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :